Book Story #2 – Complexe de lecteur.

Hello à tous !

Pour cet article BookStory, je vais vous parler d’un petit complexe de lecteur que j’avais lorsque j’étais ado, rien de grave évidement, mais je vous explique cela dans le but de vous amener autre part 😉 Bonne lecture !


« J’ai commencé à vraiment lire quand j’avais environ 13 ans. A cet âge en plein dans l’adolescence on est forcément influencé par les autres, l’adolescent est par essence en pleine construction de lui-même et ne va pas commencer à s’accepter puisqu’il se cherche, et à ce titre, souhaite ressembler à ce qui lui fait envie.

Quand j’avais environ 15 ans, je me suis sentie très « complexée » face à une fille de mon âge qui disait avoir lu au moins 2000 livres dans sa vie. Evidemment je la croyais, même s’il aurait fallu qu’elle passe son temps à lire pour atteindre, à cet âge, ce nombre de lecture, mais au delà de ça, je me sentais mal parce que je n’avais pas lu autant de livres.

A l’époque je listais mes lectures et je crois que j’étais aux alentours de 40 livres quelque chose comme ça. Ce n’est pas incroyable comme score, et pourtant, à l’âge que j’ai aujourd’hui, j’ouvre les yeux sur pleins de choses :

1 – Tous les ados de 15 ans ne peuvent pas se payer autant de livres qu’ils le veulent

2 – Tous les ados de 15 ans ne lisent pas, donc 40 c’est toujours mieux que 0

3 – Et si, passer plus de temps avec un seul livre, était mieux qu’en passe un petit peu avec pleins ?

Pendant plusieurs mois, je me sentais un peu humiliée par cette fille, pour diverses raisons, mais surtout parce qu’elle était toujours mieux que moi, plus intelligente, plus lectrice, plus tout.

Ce genre de personne qui n’a jamais connu de panne de lecture (alors qu’encore maintenant cela m’arrive), et bien sûr, vous imaginez bien que je parle de la lecture uniquement, mais que ça allait bien au-delà des livres uniquement.

Et au final, maintenant, je suis très heureuse de n’avoir pas lu l’intégralité des livres d’une bibliothèque, parce que je me souviens de tous les livres que j’ai lu, en tout cas pendant quelques temps encore jusqu’à ce que je sois trop vieille, et que j’ai passé avec presque tous un très bon et long moment. Chose qu’elle ne savait pas faire. Plus vieille, j’ai commencé à réfléchir sur son comportement, et je me suis rendue compte que cette fille, (et là je ne parle pas de lecture) n’était pas heureuse du tout. Pleins de choses me faisait me dire à l’époque qu’elle était mieux que moi, et qu’elle avait tout ce que je n’avais pas, mais maintenant je sais, que c’était juste l’expression d’un mal-être qu’elle voulait faire subir aux autres, probablement involontairement.

Je parle aujourd’hui de quelque chose de parfaitement futile et j’en ai conscience, mais j’essaye quand même, à travers cette mini histoire de livres, d’insuffler quelque chose de positif, parce que je me suis rendue compte récemment de plusieurs choses :

1 – Que se comparer aux autres ne nous fait pas avancer

2- Que ça ne nous rend pas heureux, bien au contraire

3 – Que les autres qui se vantent en permanence ne sont pas forcément plus heureux que nous

4 – Et que la vie des autres ne nous convient pas forcément, aussi idyllique puisse-t-elle être.

5 – Que nous ne serons jamais parfaits

C’est très bateau ce que je dis, mais si ça peut aider juste une personne à se dire « Mais pourquoi j’envie ces gens ? ça ne m’apporte rien, je me rends malheureux(se) » alors ce sera une victoire pour moi !

(Conseil que j’ai appliqué par exemple : suivre moins de personnes magnifiques et riches sur les réseaux, privilégier les comptes de passionnés et de personnes bienveillantes et j’aime beaucoup plus ma vie depuis haha)

Alors pour en revenir à la lecture : ne vous mettez jamais de pression, les objectifs si vous les aimez, utilisez-les, mais si ce n’est pas le cas ne vous dites pas que vous allez lire 8 livres par mois ou même 4 si vous avez envie d’en lire qu’un seul, ne culpabilisez pas d’avoir des pannes de lecture, ne culpabilisez pas de ne pas lire tous les jours, et ne culpabilisez pas pour tout le reste qui n’a rien à voir avec la lecture (le physique pourrait être un très bon exemple de complexe qui fait culpabiliser, les études, le travail aussi…)

C’est tellement facile à dire, plus qu’à faire, mais en prendre conscience est déjà un énorme pas ! »

J’espère que ce petit article/confidence/développement personnel vous aura plu, passez une agréable soirée/journée et bonnes lectures à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *